Se préparer au NaNoWriMo

Le NaNoWriMo, ou National Novel Writing Month, est un défi d’écriture annuel créé par Chris Baty. Le but est d’écrire les 50 000 mots d’un roman en un mois, ce qui revient à 1667 mots par jour. C’est un défi complètement fou, que je surveille du coin de l’œil depuis quelques années (je l’ai utilisé pour ma thèse en 2018 et l’ai changé en défi d’écriture quotidienne l’an dernier). 2021 est l’année où je me lance.


J’ai un projet de roman sur lequel je travaille depuis quelques mois maintenant, et je voudrais y réfléchir le plus possible pour pouvoir commencer la rédaction en novembre. Il y a beaucoup de ressources en lignes, dont :

  • Un pdf de plus de 50 pages sur le site du NaNoWriMo (cliquez ici)

  • Un organiseur d’octobre créé par Eva Deverell (cliquez ici)

Parmi les idées listées, voici quelques points que vous pouvez considérer pour votre propre projet, et ce que cela a impliqué pour le mien :


Création du monde


J’avais rassemblé des idées de scénario pendant l’été, et découvert par là que pour la première fois de ma courte vie d’écrivaine, il allait falloir que je me concentre sur les règles de la magie avant de développer mes personnages au-delà de l’esquisse très brève que j’avais déjà. Mon histoire tourne autour d’une sorte de pouvoir magique qui est bien connu, mais dont une conséquence inattendue déclenche l’arc narratif de mon personnage principal. J’avais donc besoin d’en savoir plus là-dessus pour savoir comment elle allait réagir. Spoiler : tout tourne autour de la pâtisserie. D’où la photo illustrant cet article.


Public


Un autre point auquel j’ai consacré quelques semaines de réflexion est mon lectorat idéal. On n’écrit pas pour la jeunesse comme pour les ados ou les adultes. Au début, je pensais me lancer dans un roman jeunesse (pour les 8-12 ans), mais je me suis rendue compte que mon personnage devait sortir de son école quand l’histoire commence, ce qui lui donne plutôt 17-18 ans et en fait l’héroïne d’un roman ado. Et un roman ado implique d’autres attentes que l’on n’est pas forcément obligé.e de suivre, mais qu’il faut garder en tête.


Synopsis